Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 07:01

Le microbiote, un mot désormais incontournable dans nos congrès de gastro-entérologie. Ce papier dans la revue de presse de l'Inserm met en avant la bactérie F. Prausnitzii dont nous parle l'afa depuis quelques années, rien de très nouveau mais des confirmation de pistes pour nos chercheurs MICI. AAM

Le microbiote, c’est-à-dire l’ensemble des micro-organismes hébergés au niveau des muqueuses, contribue de façon cruciale à notre santé en influençant notre développement, notre métabolisme, notre immunité… Cependant, les mécanismes par lesquels il joue ce rôle majeur restent pour la plupart inconnus. Des chercheurs de l’Unité Inserm 892 “Centre régional de recherche en cancérologie Nantes Angers” viennent d’identifier un des mécanismes par lesquels le microbiote permet à notre système immunitaire de prévenir l’inflammation du gros intestin. Leurs résultats sont publiés sur le site de la revue Plos Biology le 9 avril.

Les chercheurs ont identifié une population de lymphocytes T régulateurs jusque-là inconnue chez l’homme – baptisés DP8a – et démontré que leur développement est induit par une bactérie du microbiote intestinal: Faecalibacterium prausnitzii.

De précédentes études avaient révélé la fréquence anormalement basse de cette bactérie dans la flore fécale des patients atteints de maladies inflammatoires du tube digestif.
Les chercheurs montrent dans cette étude que les lymphocytes DP8a spécifiques de cette bactérie sont eux-mêmes diminués chez ces patients, à la fois dans la muqueuse colique et dans le sang.

“Les résultats indiquent que cette population de lymphocytes joue un rôle majeur pour préserver le gros intestin d’une inflammation. Nous avons ainsi identifié, pour la première fois chez l’homme, un mécanisme par lequel une bactérie du microbiote contribue à l’équilibre de la muqueuse qui l’héberge” explique Francine Jotereau, professeur émérite au sein de l’Unité Inserm et co-auteur de ces travaux.

Ces résultats ouvrent la voie au développement de marqueurs et de thérapies innovantes pour la prévention et le traitement des maladies inflammatoires du tube digestif via la restauration de l’activité anti-inflammatoire des lymphocytes Treg DP8a chez les patients.


“Ces résultats vont également permettre de rechercher le rôle de ces lymphocytes T régulateurs dans le contrôle d’autres pathologies telles que les allergies, ou les maladies infectieuses chroniques mais aussi de mieux comprendre l’impact du microbiote sur le système immunitaire” conclut Francine Jotereau.

Une bactérie protège le gros intestin d’une inflammation

Partager cet article

Repost 0
Published by amis de l'afa et des mici
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des amis de l'afa et des MICI
  • Le blog des amis de l'afa et des MICI
  • : Le blog solidaire des amis de l'association François Aupetit, l'afa, seule association nationale des malades et de leurs proches qui luttent contre les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), maladie de Crohn et recto-colite hémorragique, deux maladies taboues qui touchent désormais 200 000 personnes en France ! Si vous souhaitez contribuer, envoyez vos textes à amisafaMICI@gmail.com
  • Contact

Recherche