Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 06:51

Le Dr Jean-François REY, nous livre dans le Journal d'Hépato-gastro-entérologie de juin ce que doit-être une coloscopie parfaite (en 2014) à la suite des nouveautés présentées lors de la grand messe mondiale de la gastroentérologie, la "DDW". Ses propos seront appréciés au regard des résultats de l'enquête de la SFED sur la "coloscopie, un jour en France" ... et sur le vécu des malades "en la matière". Les objectifs sont là. AAM.

"De nombreuses présentations ont été faites lors de la réunion américaine de gastroentérologie (DDW Chicago 2014), sur la coloscopie, ses différents aspects en mettant en ligne de mire l'importance de la démarche qualité. Le titre d'un des symposium était particulièrement évocateur : la coloscopie parfaite. Face aux enjeux médicaux et économiques, un critère de qualité « bon » n'est plus suffisant et il faut tendre vers l'excellence. Ceci est favorisé par les progrès techniques mais également tout ce qui entoure l'examen : l'évaluation du patient, la préparation, la réalisation de la coloscopie elle-même mais aussi le contre-rendu détaillé. Pour P.V. Draganov, les améliorations constatées au cours de ces dernières années, doivent être appliquées par tous les gastroentérologues, au quotidien, dans l'intérêt des patients.

La préparation a fait l'objet d'améliorations importantes avec, notamment, une meilleure utilisation des solutions de PEG. C'est un élément important de la consultation précédent la coloscopie pour adapter la préparation à l'état physiologique et pathologique du patient, en particulier pour les malades présentant plusieurs pathologies, pour associer compliance mais également résultats évitant une répétition inutile d'examens.

En ce qui concerne la tolérance, les présentations vont de techniques tendant à améliorer la tolérance sans sédation, en utilisant notamment une insufflation minimale avec du CO2 complétée par une instillation d'eau qui facilite les passages difficiles. D'autres études portent sur différentes techniques de coloscopie associant des sédations type Midazolam mais aussi de Propofol, injectées en l'absence d'anesthésiste. Le débat au niveau américain et européen du Propofol est lié à l'attitude extrêmement conservatrice des sociétés scientifiques d'anesthésistes.

En ce qui concerne, l'examen coloscopique, lui-même, il a bénéficié des améliorations technologiques avec des appareils progressant plus facilement jusqu'au caecum, un angle de vue plus large et l'on voit apparaître les premières publications concernant les techniques permettant d'améliorer la détection des polypes en augmentant l'angle de vue (OLYMPUS) avec le nouveau Third Eye ou les modification électroniques de l'extrémité du coloscope (Endochoice). Tout ceci est fait pour favoriser la technique, ce qui n'empêche pas un examen minutieux tant à l'introduction qu'au retrait de l'appareil.

La coloscopie occupe une place importante dans le dépistage du cancer colorectal, dans le diagnostic des maladies coliques mais également avec le développement de la coloscopie thérapeutique dans le traitement de nombreuses lésions coliques. L'importance du nombre de coloscopies, le coût que ceci représente imposent une technique parfaite évitant les répétitions inutiles. Un respect strict des recommandations de nos sociétés savantes mais également le repérage du pourcentage de cancer d'intervalle lié à une technique insuffisante, constituent également des éléments discriminants. Le nombre de publications présentées à la DDW sur ce sujet montre l'importance pour le système de santé de la qualité en coloscopie."

Dr Jean-François REY, Président de l'UNPS

Partager cet article

Repost 0
Published by amis de l'afa et des mici
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des amis de l'afa et des MICI
  • Le blog des amis de l'afa et des MICI
  • : Le blog solidaire des amis de l'association François Aupetit, l'afa, seule association nationale des malades et de leurs proches qui luttent contre les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), maladie de Crohn et recto-colite hémorragique, deux maladies taboues qui touchent désormais 200 000 personnes en France ! Si vous souhaitez contribuer, envoyez vos textes à amisafaMICI@gmail.com
  • Contact

Recherche