Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 14:17

Un article de mise au point publié ce jour sur le @ journal d'Hépato-gastro-entérologie ... des éléments de réflexion en cette période où l'on compare de plus en plus les deux géants européens ... certes nous ne sommes pas dans la gémellité ... et doit-on y tendre car il faut le rappeler, bon nombre d'allemands doivent prendre des assurances complémentaires qu'une partie de la population ne peut se payer ... le mal français serait-il un bien, même si les sources d'économie sont visibles pour tous les malades - nous avons tous des exemples à donner ... y compris dans nos comportements (trop) consommateurs parfois ! Bonne lecture !

 

 

 

Franck DEVULDER
Rédacteur en Chef
Avril 2012 - 35
 

      Think tank d'opinion européen et indépendant, Institut Thomas More, vient de publier une analyse comparative de la dépense de santé publique en France et en Allemagne dans le domaine de la Santé. Leurs conclusions sont sans appel :


      - Si la France ramenait sa dépense publique de santé par habitant au niveau allemand, cela représenterait une économie de 7,2 milliards d'euros par an. 20 % de la population allemande a plus de 65 ans, contre 16,5 % en France. Les dépenses de santé par habitant devraient donc être plus importantes outre Rhin. Or, les dépenses publiques pour la santé de chaque français dépassent de 112 euros celles de son voisin allemand. Cela ne se fait cependant pas au détriment de la santé des allemands, avec des indicateurs tout à fait comparables et un nombre de consultations par personne et par an de 8,2 en Allemagne, alors qu'il est de 6,9 en France.


      - Avec des revenus inférieurs de 38,5 % à l'Allemagne en moyenne, ce n'est pas la rémunération des médecins français qui coute cher : nous avons plusieurs fois dans les colonnes de l'e-journal pointé le faible niveau de revenus des médecins français par rapport à ses voisins européens. Cela est encore souligné par ce rapport qui précise qu'un généraliste libéral gagne en moyenne 46 824 euros par an en France contre 74 703 euros en Allemagne et que ces chiffres sont respectivement de 71 350 euros pour un spécialiste français contre 109 950 euros pour son homologue allemand.


      - Dépenses hospitalières : une économie potentielle de 26,4 milliards d'euros. Chaque français dépense pour l'hôpital 409 euros de plus que son voisin d'outre Rhin, ce qui représente un surcout de dépenses de 26,4 milliards d'euros. Les raisons invoquées dans ce rapport sont doubles : d'une part, celui d'une réforme menée outre Rhin visant à l'alignement des tarifs de remboursement des actes effectués dans les hôpitaux publics sur ceux effectués dans les hôpitaux privés, et d'autre part, un nombre d'établissements hospitaliers en France dépassant de 68 % celui rencontré en Allemagne par million d'habitants. Il en va de même de la taille des établissements, plus petits en France, du nombre de personnels hospitaliers qui est de 1608 pour 100 000 habitants en France contre 1338 en Allemagne. Malgré cela, la débauche de moyens en France n'offre pas une meilleure offre de soins, avec 20% de lits en moins rapportés à la population, et une durée de séjour près de deux fois supérieure outre Rhin qu'en France. À l'heure du renoncement à la convergence tarifaire publique/privée annoncée par le vainqueur du premier tour des élections présidentielles françaises, on voit bien, pour autant, que les seules véritables sources d'économie sont dans une meilleure organisation de l'hôpital public.


      - Coût administratif : 4 milliards d'économies possibles. Si, sous l'impulsion de Frédéric Van Roekeghem, les coûts administratifs de la Santé et de l'Assurance Maladie se sont considérablement réduits, ils restent encore les plus chers du monde, atteignant 7 % de la dépense totale de Santé contre 5,4 % en Allemagne.


      - Dépenses de médicaments : chaque année, 1,1 milliards d'économies à faire. Nous le savons, nous sommes les champions du monde de la consommation d'antidépresseurs, et les champions d'Europe de la consommation d'antibiotiques. Nous savons peut être moins la faible pénétration des génériques dans notre pays, avec 20 % des médicaments consommés, contre 60 % en Allemagne. Comparés à leurs voisins allemands, les français dépensent 17 euros de plus chaque année, soit une économie envisageable de 1,1 milliards d'euros.


      - L'Assurance Maladie pourrait économiser 14,3 milliards d'euros si elle alignait le montant de ses remboursements sur celui de l'Allemagne. Nos déficits tiennent comme toujours à nos excès de dépenses : 2 551 euros remboursés en moyenne par français par l'Assurance Maladie contre 2 289 en Allemagne, soit un écart de 272 euros par habitant. Cet écart n'est que partiellement compensé par des cotisations au régime général supérieures en France de 39 euros mais le delta reste négatif en notre défaveur, ce qui pourrait générer des sources pourtant potentielles d'économies estimées dans ce rapport à 14,3 milliards d'euros par an.


      Pour les auteurs de ce rapport, cette comparaison avec l'Allemagne pointe du doigt les surplus considérables du système de santé français, qui ne sont pas justifiables par une meilleure performance. L'enjeu principal de la réforme de ce système de santé qui s'impose sera, aux yeux des auteurs, de maintenir un accès équitable aux soins, tout en réduisant drastiquement les coûts. À défaut de tomber dans les errements du « tout public » et la gestion purement comptable, nous n'échapperons pas, au-delà des discours électoralistes qui abreuvent nos médias actuellement, à une réforme en profondeur de notre système de santé trop coûteux, mal organisé, et où patients et médecins ne sont pas logés à la meilleure des enseignes en comparaison au système de santé allemand.

Partager cet article

Repost 0
Published by amis de l'afa et des mici - dans santé
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des amis de l'afa et des MICI
  • Le blog des amis de l'afa et des MICI
  • : Le blog solidaire des amis de l'association François Aupetit, l'afa, seule association nationale des malades et de leurs proches qui luttent contre les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), maladie de Crohn et recto-colite hémorragique, deux maladies taboues qui touchent désormais 200 000 personnes en France ! Si vous souhaitez contribuer, envoyez vos textes à amisafaMICI@gmail.com
  • Contact

Recherche